L'Umih 85 s'insurge contre le pass sanitaire en restauration et adresse une lettre ouverte aux députés

Après les annonces du Président de la République rendant obligatoire le pass sanitaire dans les bars et les restaurants, Tarek Tarrouche, président de la fédération hôtelière de Vendée, vient d'envoyer un courrier aux députés de son département, relayant l'incompréhension des professionnels. L'essentiel du texte.

Publié le 19 juillet 2021 à 18:16

Nous considérons que nos professions ont déjà été durement touchées depuis 18 mois. Aujourd’hui, nos clients ou nos salariés n’encourent aucun danger dans nos établissements tels que nous les tenons dans le cadre du protocole sanitaire. Manifestement, le gouvernement a choisi d’organiser sans aucune nuance la « contrainte » pour toutes les personnes non vaccinées. Et ce sont nos entreprises qui en font injustement les frais.

Que risque un client assis en terrasse ? Que risque un salarié qui porte un masque ? Pourquoi donc leur interdire l’accès à nos établissements ?

Selon nous, une partie des mesures sécuritaires annoncées sont injustifiées.

Notre objectif est bien d’éviter à la fois la propagation de l’épidémie et la fermeture de nos établissements. Aussi, nous insisterons auprès de nos adhérents sur l’importance de faire respecter les mesures prises.

Toutefois, nous tenons à vous faire part des craintes de nombreux professionnels liées à la mise en oeuvre et au respect du pass sanitaire :

  • Nous ne pourrons être tenus responsables des contrôles d’identités et de la conformité des pass sanitaires. Chaque individu doit être tenu responsable de sa propre conduite. Et, si nous devions contrôler les documents sanitaires de la clientèle, nous souhaitons savoir qui prendrait en charge le surcoût d’un tel contrôle, et comment le mettre en place ?
  • Notre difficulté résidera également à disposer de salariés en possession d’un pass sanitaire. Nous avons des équipes jeunes, qui se sont sacrifiés pour laisser la priorité pour le vaccin aux personnes plus âgées et fragiles et se trouvent aujourd’hui confrontées à des délais de vaccination plus longs eu égard à une ruée vers les centres de vaccination, et l’absence de créneaux.

Quant aux sanctions à prendre si nos équipes n’en disposaient pas après le 31 août, cela pourrait se traduire par des licenciements. Quel employeur aujourd’hui va décider de licencier un salarié pour ce motif alors même que notre secteur professionnel peine à recruter du personnel ? Cela va à l’encontre de l’attractivité de notre profession, et de nos activités.

De plus, il y a contradiction entre ce qui nous est demandé, et le code du travail qui nous interdit de poser des questions d’ordre médical à nos salariés. Il faut que la médecine du travail rentre dans la boucle.

Concernant les aides, il faudra revenir sur la dégressivité des mesures de soutien économique afin de venir en aide à nos établissements qui vont se trouver privés d’une grande partie de leur clientèle récalcitrante au pass sanitaire.

#passsanitaire# UMIH #tarektarrouche#



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Serveur H/F

Suisse

GENEVE Restaurant bistronomique / Bar à Vins cherche saison printemps/été SERVEUR/EUSE - Sociable, responsable, proactif & souriant. English please. Semaine coupure + WE OFF. Envoyer votre CV +photo: contact@katrepices.com

Posté le 05 mars 2024

Chef de cuisine H/F

59 - COUDEKERQUE BRANCHE

Dans le cadre de la réouverture d'un restaurant renommé, nous recherchons : Un chef de cuisine (H/F), sous chef (H/F) et chef de partie (H/f) Postes à temps plein à pourvoir Restaurant type brasserie avec de belles perspectives et projets N'hésitez pas à postuler, nous vous recontact

Posté le 05 mars 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

83 - LA CADIERE D AZUR

La Maison Bérard 4* et son restaurant Riva recrutent leur équipe à la Cadière d'Azur pour la réouverture 2024 : h/f, 43h par semaine, repas, possibilité de logement, 2j de repos consécutifs pour les postes de Second de cuisine / Chef de partie / Commis de cuisine / Maître d'hôtel / Chef de rang / Co

Posté le 05 mars 2024