Faim d'ouverture, édito du journal du 5 février 2021

Publié le 02 février 2021 à 11:01

La fronde qui appelait les restaurateurs à ouvrir tous ensemble le 1er février, pour protester et alerter sur la précarité de leur situation, aura été de courte durée. Et pour cause. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a prévenu que les restaurateurs contrevenants seraient exclus du fonds de solidarité pendant un mois, voire définitivement en cas de récidive. Si les organisations professionnelles se sont prononcées contre cet appel à ouvrir, des initiatives locales ont toutefois servi la cause des restaurateurs. Ainsi, à l’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, l’opération avait été déclarée auprès de la préfecture comme une manifestation qui donnerait lieu à des dégustations sur la voie publique. Pas de service en salle donc mais des ouvertures exceptionnelles accompagnées de vente à emporter ou de boissons offertes, des barrières pour canaliser les files d’attentes, des rues fermées et le soutien de la population qui était au rendez-vous.

Les cafés comme les restaurants font partie intégrante de notre société, leur absence crée un vide qui s'agrandit et se traduit, malheureusement, par des ouvertures cachées. Ainsi, 24 restaurants parisiens ont été pris en faute par la police les 28 et 30 janvier. Et le dimanche 31 janvier, 90 débits de boissons et restaurants clandestins ont été contrôlés pour ouverture irrégulière selon le ministère de l’Intérieur. À quand le bout du tunnel ?

Edito #restaurants# 


Publié par Sylvie SOUBES



Commentaires
Photo
RP RR

mercredi 3 février 2021

Pourquoi personne ne suggère de s'inspirer de la Corée ?
Parois en plexi entre chaque table.
Seuls les couples ou familles avec enfants acceptés. Refus des groupes d'amis (tant que les terrasses ne sont pas rouvertes).
Port du masque en attendant d'être servis.
Assainisseurs d'air aux 4 coins de la pièce.
Espacement des tables. A faire respecter strictement par la force publique.
Aides de l'Etat pour tous ces équipements (et non les 500 € d'Ameli - 'un coup c'est possible, un coup c'est trop tard. Un coup c'est possible, un coup c'est trop tard!').
Ainsi, ceux qui peuvent ouvrir : ouvrent. Ceux qui ne le peuvent pas, restent avec les aides de l'Etat.

Au moins: une partie d'entre nous peut repartir.
Une vie normale peut reprendre. Parce qu'il va bien falloir admettre qu'il faudra vivre avec ces virus !
Cela coûtera moins cher à la collectivité.

Et: aider ceux qui ne peuvent pas repartir à trouver des solutions pour s'adapter. Les restos où l'on est 'les uns sur les autres': c'est peut-être fini ? Il faudrait peut-être réinventer nos façons de consommer.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

75 - PARIS 12

Belle brasserie gros volume carte cuisine maison et saison cherche chef de partie confirme. 2400/mois. 39h. 2 j repos consécutifs. une coupure maximum. envoyez votre cv à recrutement@chai33.com

Posté le 22 avril 2024

Pâtissier H/F

20 - PORTO VECCHIO

Restaurant de plage située dans la baie de Santa Giulia en Corse du sud proposant une restauration soignée . Nous Recherchons pour la saison 2024 un BARMAN et un PATISSIER (h/f) UN CHEF DE RANG PLAGISTE . Poste Logé, horaire en continu, service le midi. christian@troisdeux.fr

Modifié le 22 avril 2024

Commis de salle / Runner H/F

69 - LYON 09

Rejoignez l'aventure Bocuse à la Brasserie de l'Ouest ! COMMIS DE SALLE / RUNNER - H/F Vos missions principales seront :  Mise en place du pass et préparation du service Mise en place des condiments Satisfaction de la clientèle Les avantages Bocuse :  Deux jours de repos consécut

Posté le 22 avril 2024