Fonds de commerce électronique ou virtuel : comment le valoriser ?

La visibilité d'un restaurant fonctionnant 100 % dark kitchen dépend des plateformes sur lesquelles ses plats sont commercialisés. Or, les relations avec ces plateformes ne sont pas encadrées, et ne garantissent "ni un droit au renouvellement du contrat, ni la stabilité de la redevance", détaille l'avocat spécialisé Baptiste Robelin.

Publié le 07 avril 2021 à 11:05


Un fonds de commerce numérique s’évalue, tout comme un fonds de commerce traditionnel, sur la base des charges et des ratios financiers qui mesurent les performances économiques du fonds (chiffre d’affaires, EBE retraité, etc.). Contrairement à un restaurant physique dont la visibilité est liée à son emplacement et donc à son bail commercial, la visibilité d’un restaurant 100 % dark kitchen -  c’est-à-dire celui qui, avant la crise, n’était pas destiné à recevoir du public et tirait la totalité de son chiffre d’affaires de plats vendus à une clientèle sur internet et majoritairement sur les plateformes de marketplace (Deliveroo, Uber Eat…) - dépend de son positionnement sur la toile et majoritairement dans l’algorithme de plateformes de marketplace.

“Pour simplifier, on pourrait dire que l’équivalent du bail commercial, c’est le contrat signé avec la plateforme puisque c’est elle qui assure la visibilité auprès de la clientèle, et la qualité de l’emplacement, c’est le positionnement dans l’algorithme de la plateforme”, résume maître Baptiste Robelin,  avocat spécialisé en bail commercial, cession de fonds de commerce et restauration. “Or, les relations commerciales avec les plateformes sont pas encadrées et, contrairement au bail commercial, elles ne garantissent au e-restaurateur - ou à son éventuel repreneur - ni un droit au renouvellement du contrat avec la plateforme, ni la stabilité de la redevance payée à la plateforme, ni la pérennité de l’emplacement virtuel. Autant d’éléments qui ne facilitent pas la valorisation”, pour ce spécialiste qui milite pour une transposition dans la loi du régime des baux commerciaux avec notamment l’instauration “d’un droit au renouvellement avec référencement (ou emplacement virtuel) déterminé en fonction d’un ‘loyer’ préfixé et plafonné”.

Pour les restaurants traditionnels qui se sont lancés dans la vente à emporter ou en livraison contraints et forcés par la crise sanitaire, “cette activité complémentaire devrait valoriser leur fonds en ce qu’elle génère un chiffre d’affaires additionnel. À condition toutefois qu’elle perdure a posteriori”, explique Charles Marinakis, directeur général de Century 21 France qui estime toutefois qu’il est encore trop tôt pour en mesurer le véritable impact. 

 

dark kitchen  #BaptisteRobelin# Charles Marinakis Century21


Photo

Publié par Tiphaine BEAUSSERON



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Serveur H/F

93 - ROSNY SOUS BOIS

Le Koya recrute des serveurs pour l'ouverture de son nouveau établissement. Restaurant bistronomique situé sur la commune de Rosny sous bois. Nous recherchons des personnes motivés avec une relation client et un savoir faire pour ce poste. Numéro pour nous contacter : 07 56 80 56 16

Posté le 13 avril 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

85 - BREM SUR MER

Restaurant Les Genets,1 étoile au guide Michelin,situé sur le litoral Vendéen, recherche, H/F: Second de cuisine ou Chef de partie cuisine et Pâtissier à partir de Mars-Avril. Poste évolutif.Cdd ou Cdi. Possibilité de logement sur place. Capacité de 26 Couverts. Salaire selon expérience. 2.5 jours d

Modifié le 13 avril 2024

Chef de rang H/F

75 - PARIS 06

Le Nesle, brasserie traditionnelle française, recherche une/une CHEF DE RANG afin d'accompagner son développement Une maitrise de l'anglais est demandée car quartier très touristique - Plusieurs postes disponibles. Mail: brasserienesle@gmail.com - Tél : 01.46.34.85.19.

Posté le 12 avril 2024