Paris : les terrasses éphémères vont devenir payantes, un coup de massue selon Franck Delvau

Paris

Publié le 27 avril 2021 à 15:20

Les extensions de terrasses vont devenir payantes a indiqué Olivia Polski, adjointe à la maire, dans les colonnes du Parisien. L’an dernier, après le premier confinement, la mairie de Paris avait donné  aux CHR la possibilité d’installer des extensions de terrasse sur des emplacements de stationnement. Ces aménagements étaient installés après déclaration et gratuits. Cette année, la donne va être toute autre à en croire les propos de l’élue qui souhaite la mise en place d’un cadre réglementaire et la pérennisation de ces extensions, qui s’inscrivent, dans l’objectif de réduire drastiquement le nombre de places de stationnements dans la capitale, mais de manière payante. Franck Delvau, président de l’Umih Paris-IDF, se dit très surpris, par cette annonce. « Nous sommes en discussion avec Olivia Polski depuis un certain temps. Il n’était pas question de rendre ces aménagements payants à leur réouverture. A Paris, nous ne savons pas du tout si la réouverture des terrasses pourra  d'ailleurs avoir lieu mi-mai compte tenu du taux de circulation du virus. Dans tous les cas, faire payer les établissements, même à partir du 1er juillet, serait un vrai coup de massue pour les professionnels qui vont sans doute choisir de les retirer. » Pour l’organisation professionnelle, il faudrait que la gratuité soit prolongée au moins jusqu’au 15 octobre compte tenu de la situation. L’autre problème, constate, le dirigeant syndical porte sur les horaires d’activité. « Les riverains sont vent debout contre ces extensions car elles génèrent du bruit selon les associations. Nous proposons leur fermeture à 22h en semaine et 23h le vendredi et le samedi, avec des amendes progressives et dissuasives en cas de dépassement, puis leur suppression pour les plus mauvais élèves ».

Covid19 terrasse #extension# #oliviapolski# Franck Delvau


Publié par Sylvie SOUBES



Commentaires
Photo
Yves & Fabienne TESTANIERE

mardi 27 avril 2021

Plusieurs réflexions à la lecture de cet article. Quelle est la démarche ?


1° autoriser les terrasses, sans droit de place le temps de la crise COVID, pour permettre de ne pas perdre trop de clients tout en respectant les distances


2° ces terrasses prenant la place de stationnements, renoncer, toujours le temps de la crise COVID, aux recettes des 'parcmètres'


3° continuer, ce faisant, à réduire voire supprimer la circulation automobile, à l'avantage de la qualité de l'air et de la tranquillité des riverains, mais aux dépens des visiteurs de banlieue ou touristes, et des livreurs...


4° réaliser que les recettes de terrasses valent bien celles du stationnement (à calculer), et en profiter pour geler la situation du point n°3 tout en engrangeant de l'argent de professionnels ayant déjà perdu 8 mois/ 1 an


5° 'en même temps', au prétexte bien compréhensible de garantir la tranquillité des riverains, obliger les terrasses à fermer à 22h (je suppose que ranger le mobilier étant aussi bruyant que les conversations de dîneurs, il faudra 'virer' ces derniers bien avant). Les touristes espagnols sont priés d'adopter les coutumes horaires des néerlandais, et venir à 18h au lieu de 22.


6° pour autant, le stationnement riverain entre 22 et 6h sera-t-il autorisé ?


7° une fois certaines habitudes prises (télétravail = moins de clients du midi dans les quartiers de bureaux, bento-box apporté du domicile pour manger sur le lieu de travail...), ces terrasses auront-elles autant de succès qu'escompté ?


8° en cas d'intempérie, (à partir de quel moment : température, degré d'humidité, vitesse du vent) la Mairie exonèrera-t-elle le restaurateur ? D'autant que les chauffages extérieurs sont en sursis


9° combien de temps encore faudra-t-il renoncer à 33%, 50%, voire plus, d'occupation des locaux (intérieurs et extérieurs), avec tout ce que ça implique sur la rentabilité ?


Bref, les collègues parisiens ont intérêt à bien réfléchir sur l'opportunité d'accepter, ou pas, cette 'offre spéciale'.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Serveur H/F

93 - ROSNY SOUS BOIS

Le Koya recrute des serveurs pour l'ouverture de son nouveau établissement. Restaurant bistronomique situé sur la commune de Rosny sous bois. Nous recherchons des personnes motivés avec une relation client et un savoir faire pour ce poste. Numéro pour nous contacter : 07 56 80 56 16

Posté le 13 avril 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

85 - BREM SUR MER

Restaurant Les Genets,1 étoile au guide Michelin,situé sur le litoral Vendéen, recherche, H/F: Second de cuisine ou Chef de partie cuisine et Pâtissier à partir de Mars-Avril. Poste évolutif.Cdd ou Cdi. Possibilité de logement sur place. Capacité de 26 Couverts. Salaire selon expérience. 2.5 jours d

Modifié le 13 avril 2024

Chef de rang H/F

75 - PARIS 06

Le Nesle, brasserie traditionnelle française, recherche une/une CHEF DE RANG afin d'accompagner son développement Une maitrise de l'anglais est demandée car quartier très touristique - Plusieurs postes disponibles. Mail: brasserienesle@gmail.com - Tél : 01.46.34.85.19.

Posté le 12 avril 2024