Cantal : même avec un faible taux de chômage, le recrutement est compliqué pour les entreprises HCR

Vic-sur-Cère (15) L'assemblée générale 2019 du Cantal s'est déroulée au Manoir, établissement situé à l'entrée du parc des volcans d'Auvergne. Pour Thierry Perbet, président de l'Umih 15, attirer les jeunes et désenclaver les territoires sont nécessaires au département.

Publié le 08 juillet 2019 à 17:32

L’emploi était le thème central de votre dernière assemblée générale.

Thierry Perbet : Notre département compte 145 000 habitants avec un taux de chômage qui est très bas, de 5,2%. Et cela entraîne aussi des problèmes de recrutement dans nos établissements. Nous comptons dans le Cantal autour de 620 hôtels, cafés, restaurants, dont la moitié emploie du personnel. L’emploi saisonnier est important chez nous, compte tenu de la géographie des territoires et cette année une centaine de postes restait à pouvoir. Nous avons aussi 40 postes non pourvus en apprentissage pour l’automne, en salle comme cuisine. 

En tant que président de l’IFPP d’Aurillac, comment réagissez-vous à ces chiffres ?

Il faut se donner les moyens d'avancer et c'est ce que nous essayons de faire. Le pôle alimentation va être entièrement restructuré et rénové. Il va y avoir des espaces avec de grandes baiens vitrées qui vont permettre de voir les jeunes en train de travailler. Montrer les gestes, c'est valoriser les métiers. Notre centre de formation s’est aussi organisé pour que les prochaines cessions permettent aux apprentis d’être dans l’entreprise systématiquement le vendredi, ce qui sera un plus pour l'entreprise. Au cours du deuxième semestre, nous allons accueillir des jeunes en provenance des Dom-Tom dans le cadre d’une opération montée avec le Fafih et nous allons leur faire découvrir nos métiers de la restauration : bistronomie, gastronomie, collectivité, pâtisserie… Aujourd'hui, ce sont les salariés qui choisissent l'entreprise et il faut leur donner les moyens de nous connaître, d'avoir envie de venir travailler dans notre secteur. Tout en faisant en sorte de répondre aux besoins de l'entreprise qui sont multiples.

Vous étiez à Paris, avec Sophie Bruel (Hôtel Restaurant de la Terrasse à Vieillevie) pour la journée Ruralisons ! Quelles sont les faiblesses de votre département ?

Le taux de remplissage oscille entre 30 et 60%. Nous souffrons d’un enclavement certain. Aurillac se situe à 1h15 de l’autoroute la plus proche. Je crois que c’est la préfecture la plus mal desservie de tout le territoire français. Nous avons obtenu des liaisons aériennes supplémentaires et nous sommes passés de 15 000 à 30 000 passagers, mais le coût du billet est élevé. Venir en famille pour un week-end est trop cher pour la plupart des gens. Et il y a moins de liaisons en été, là où il faudrait favoriser l’accès. Il n’y a plus non plus de train de nuit. Nous avons des produits touristiques mais nous avons besoin d’une vraie politique de désenclavement des territoires.

En-dehors des transports, quels leviers vous paraissent pertinents ?

Tous les mois, un établissement ferme. Une des solutions serait de pouvoir classer en Zone de revitalisation rurale (ZRR) les entreprises existantes. Ce dispositif permet aux entreprises reprises ou créées de bénéficier d’aides fiscales et sociales. Il faudrait étendre cette aide au parc existant et alléger les charges sur le foncier avec des compensations aux collectivités locales. L’Umih nationale réclame aussi que ce dispositif perdure au-delà du 30 juin 2020. Nos établissements CHRD sont vitaux pour maintenir le lien social, créer une animation, accueillir les touristes… Il serait judicieux que lorsque l’Etat ou les Régions installent de nouveaux services, les sièges soient situés dans des départements ruraux. Il faut une mobilisation de tous et à tous les niveaux.

#ThierryPerbet# #Cantal# UMIH ruralité ruralisons! recrutement Emploi


Publié par Sylvie SOUBES



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Serveur H/F

93 - ROSNY SOUS BOIS

Le Koya recrute des serveurs pour l'ouverture de son nouveau établissement. Restaurant bistronomique situé sur la commune de Rosny sous bois. Nous recherchons des personnes motivés avec une relation client et un savoir faire pour ce poste. Numéro pour nous contacter : 07 56 80 56 16

Posté le 13 avril 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

85 - BREM SUR MER

Restaurant Les Genets,1 étoile au guide Michelin,situé sur le litoral Vendéen, recherche, H/F: Second de cuisine ou Chef de partie cuisine et Pâtissier à partir de Mars-Avril. Poste évolutif.Cdd ou Cdi. Possibilité de logement sur place. Capacité de 26 Couverts. Salaire selon expérience. 2.5 jours d

Modifié le 13 avril 2024

Chef de rang H/F

75 - PARIS 06

Le Nesle, brasserie traditionnelle française, recherche une/une CHEF DE RANG afin d'accompagner son développement Une maitrise de l'anglais est demandée car quartier très touristique - Plusieurs postes disponibles. Mail: brasserienesle@gmail.com - Tél : 01.46.34.85.19.

Posté le 12 avril 2024