#confinement2 : quelques réactions en attendant la deuxième salve avec le Premier Ministre Jean Castex

Régis Marcon, Philippe Etchebest, Stéphane Jégo, Geoffroy Roux de Bézieux réagissent

Publié le 29 octobre 2020 à 18:21

Régis Marcon, Régis et Jacques Marcon à Saint-Bonnet-le-Froid (43) : "Nous avions anticipé. Tout est fermé sauf la boulangerie-pâtisserie qui ne travaillera que pour le village (30% d'activité) car il n'y aura plus de passage. Depuis ce matin, nos 4 standardistes rappellent les clients pour reporter leurs réservations au mois de mars ou avril. Cela fait plus d'une centaine de collaborateurs au chômage partiel. Nous pensons à faire quelques plats à emporter qui pourraient être vendus à Saint-Etienne, si on obtient l'autorisation. La région est très impactée. Nous aimerions aussi pouvoir fournir des plats aux hôpitaux pour aider les soignants. Il faut se donner des perspectives pour tenir. Nous fermons chaque année entre mi-décembre et mars. Nous espérons que l'on pourra rouvrir tout le mois de décembre. Avec ce virus, je crois qu'il va falloir faire très attention jusqu'au moment où on en sera débarassés". 

Philippe Etchebest, Le Quatrième Mur à Bordeaux (33)  : "C'est une mise à mort ! J'ai entendu que nous étions des commerces non essentiels. OK. Nous sommes non-essentiels. Par contre, nous sommes essentiels quand il faut payer les taxes, l'Urssaf, quand il faut payer les impôts (...). "Il faut privilégier la santé. J'entends. C'est terrible ce qui arrive. Mais au-delà, il va y avoir des dégâts graves". (...) "y aura-t-il suffisamment d'aide pour aider les entreprises à sortir la tête de l'eau ? Moi, j'ai un doute". (FranceInfo) 

Stéphane Jégo,  L'Ami Jean à Paris :  " Au-delà du monde de la restauration, qui est essentiel ou non essentiel ? Carrefour ? Auchan ? Quid de l’épicerie fine ? Du cordonnier ? Lors de la première vague, les grandes enseignes ont profité de la fermeture des commerces dits non essentiels. De quoi racheter les baux commerciaux pour préparer un monde homogène, gouverné par les multinationales. L’allocution fait mention d’une nation unie et solidaire (une nation à qui nous, commerces indépendants continuons de payer des charges malgré la fermeture). D’une aide « allant jusqu’à 10 000 euros » par mois pour les pertes d’exploitation. À tous les Teletubbies qui nous pointent du doigt en s’exclamant : « Les restaurateurs s’en mettent plein les poches » : L’Ami Jean perd 180.000 euros par mois. Parce que nous avons fait le choix de rester indépendant. De nous fournir chez des artisans indépendants. Et de payer correctement nos salariés. Alors, oui, nous nous battrons". 


Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef : "Trouvons des solutions pour rouvrir les commerces dans les 15 jours (...). Dans l'hôtellerie et la restauration, les gens n'ont plus d'espoir, plus d'avenir. Ils vont simplement laisser tomber. Ce qui a manqué dans le discours du président, c'est de nous expliquer ce qui va se passer après le 1er décembre. Je veux bien croire que confinement va stopper l'épidémie et que l'on déconfinera avant les fêtes de Noël, mais on va reconfiner en mars pour affronter la troisième vague. On ne peut pas confiner et déconfiner en permanence, sinon des centaines de milliers d'entreprises vont disparaître". (Le Parisien)

#confinement# Restauration Covid19


Photo

Publié par Nadine LEMOINE



Commentaires
Photo
Charles BERNARD

jeudi 29 octobre 2020

Euh comment dire...Mr Etchebest lors des mise en couvre feu, nous ne l’avons pas entendu, normal, il n’était pas concerné... alors pourquoi il se prends pour le porte parole des restaurateurs aujourd’hui ?
Mr Roux de Bézieux, très bien mais il va falloir quand même qu’il apprennes à compter... si réouverture pour les fêtes, ce sera recinfinement pour la 3ème vague non pas pour Mars mais pour fin janvier/début février...

SOS il faut vraiment. Nous aider... et mettre pour de vrai les assureurs au pieds du mur tout en dénonçant les prises en charges faites sans bruit pour les grands groupes... (Flo, Bertrand, Mc Do.....)
Photo
L'ETOILE

jeudi 29 octobre 2020

Bientôt tout comme les juifs pendant la guerre qui portaient une étoile jaune, nous les restaurateurs auront un C pour contagieux car nous sommes les seuls avec les petits commences à être montré du doigt.
Il est vrai que certains ne respectent rien j'en connais un pas loin de chez nous qui fait n'importe quoi mais les plus fautifs sont bien les clients qui seront les premiers à nous critiquer.
Les lois sont ainsi, certains doivent les appliquer et d'autres pas.
Et les grandes surfaces ???
Est-ce que tout est désinfecté après le passage des clients ? Chez nous oui.
Pourquoi restent elles ouvertes alors qu'elles peuvent livrer ?
Pourquoi les fleuristes peuvent travailler jusqu'au premier novembre et pas nous ?
Il y a tellement de questions que nous perdons du temps et n'avons qu'à subir.
Le seul vrai problème est que nous manquons totalement de solidarité.Le gouvernement dépense des sommes colossales pour le social mais ne donne que des miettes aux autres et rien pour les soignants.
Aux prochaines élections, nous verrons bien si cela nous aura servi de leçon.En attendant, il faudrait se soutenir mais pour cela aussi ce n'est pas possible car il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes mais beaucoup, toutes catégories confondues ne se remettront pas de ce fléau.
Bon courage à tous de tout mon coeur.
Eva
Photo
Philippe GAULIN

jeudi 29 octobre 2020

Je pense qu'il faut se poser la question de la vraie raison de ce nouveau confinement.
C'est simple et logique.
Les jeunes de moins de 60 ans transmettent le covid et ne décèdent que très peu.
Il ne faudrait donc confiner que les plus de 60 ans pour éviter qu’ils ne remplissent les lits de réanimation où une grande partie décèdent.
Et dès que 60% des moins de 60 ans sont immunisés, on déconfine progressivement les plus de 60 ans.
Pourquoi ainsi vouloir la mort des commerces 'non-essentiels' par ce confinement ?
Comme le dit si bien ou sous-entend Stéphane Jédo, pour que les grandes enseignes et multinationales s'enrichissent encore plus.
Moi, étant bricoleur, j'en profite avec ma femme pour rénover et améliorer le restaurant.
Courage à tous.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de rang H/F

92 - SURESNES

Le restaurant 'Et Toque!' à SURESNES recrute un(e) chef(fe) de rang, dynamique et investi(e). Prise de Poste : Juin - Juillet 2024 selon disponibilités. Adresse : 7 Ter Rue Emile Duclaux 92150 Suresnes Rejoignez notre équipe au sein de notre restaurant Gastronomique 2 Toques Gault&Millau, r

Posté le 15 juin 2024

Chef de partie H/F

92 - SURESNES

Le restaurant 'Et Toque!' à SURESNES (92) recrute : Un(e) CHEF(FE) DE PARTIE profil confirmé(e), dynamique et investi(e) pour Juillet 2024 Adresse : 7 Ter Rue Emile Duclaux 92150 Suresnes Rejoignez notre équipe au sein de notre restaurant Gastronomique 2 Toques Gault&Millau, référencé au guid

Posté le 15 juin 2024

Cuisinier H/F

04 - COLMARS

Recrute cuisinier/ère à partir du 1er juillet jusqu'au 30 septembre,possibilité de prolongation. Plus d'info au 0681252257

Posté le 14 juin 2024