Franck Louvrier : "Les Jeux de Paris 2024 sont une opportunité pour nos régions"

Paris (75) Maire de La Baule, vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire et président de la Commission déléguée tourisme de Régions de France, Franck Louvrier passe en revue les pistes à suivre pour développer l’attractivité touristique de la France, mais aussi celle des métiers de l’hospitalité. Revue de détail.

Publié le 19 février 2024 à 09:30

L'Hôtellerie Restauration : À la veille des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, quel regard posez-vous sur le tourisme en France ?

Franck Louvrier : Nous devons prendre des initiatives, que ce soit au niveau des collectivités locales ou de l’État, pour renforcer la professionnalisation des acteurs du secteur. Par ailleurs, il serait bon d’accélérer la transformation numérique du tourisme en encourageant l’innovation digitale. Autre priorité : nous devons accompagner la filière événementiel, qui a beaucoup souffert durant la pandémie. Les régions sont des partenaires essentiels dans la réalisation de ces chantiers. Ainsi, en 2020, le budget des régions pour le tourisme a atteint 550 millions d’euros - hors budget mobilité -, dont 60 % pour l’investissement.

Comment voyez-vous cette "professionnalisation des acteurs du secteur du tourisme" ?

D’un côté, nous avons l’État avec le développement de l’apprentissage. De l’autre, les régions qui ont fait évoluer l’univers de la formation, notamment dans le domaine du tourisme. Mais des efforts restent à fournir quant à l’attractivité des métiers. Et, là, les Jeux de Paris 2024 peuvent être une opportunité pour porter un regard neuf sur les professions du secteur du tourisme.

Quant à la mutation numérique, comment faire pour l’accélérer ?

Nous devons investir dans l’intelligence artificielle et accompagner cette transformation numérique qui nous permet déjà d’ouvrir notre offre touristique au monde entier. Toutefois, nous avons besoin d’une plus forte maîtrise de la data. Et, sur ce point, j’interroge l’État : qu’avons-nous mis en place pour optimiser cette data dans la perspective des millions de touristes attendus aux Jeux olympiques et paralympiques de cet été ? Quelle stratégie numérique avons-nous imaginée pour fidéliser ces touristes à l’issue de leur venue en France ?

Au niveau national, quels sont les avantages d’accueillir les Jeux de Paris ?

C’est un moment clé d’un point de vue touristique. Tout le monde va nous regarder. C’est le plus grand événement médiatique au monde et c’est une opportunité pour nos régions. Car, comme pour la Coupe du monde de rugby, une partie des épreuves a été délocalisée. Ce ne sont donc pas que des Jeux parisiens, ce sont des Jeux de la France, avec des sites labélisés Terre de jeux. À cela s’ajoute le relais de la flamme olympique, qui incarne les liens entre tous les territoires impliqués dans la préparation de l’événement.

Au-delà des J.O., quelles actions faudrait-il mener pour développer le tourisme en France ?

Tout d’abord, une clarification des compétences me paraît indispensable. Aujourd’hui, les régions, les départements, les intercommunalités, les villes et l’État font du tourisme. Or, tout le monde ne peut pas en faire ! D’un côté, les régions doivent être des chefs de file du tourisme de loisirs, car l’échelon régional permet d’avoir une puissance financière et un rayonnement. De l’autre, le marché du MICE doit relever de l’échelon national, car la concurrence est rude dans le monde pour attirer la clientèle d’affaires. Or, sur ce point, nous sommes encore trop timorés, faute de stratégie offensive d’Atout France.

Enfin, quels leviers faudrait-il actionner pour rendre les métiers de l’hospitalité plus attractifs ?

Ces leviers sont au nombre de trois. À savoir le logement, la mobilité et, au-delà de la rémunération – qui se négocie avec les organisations syndicales -, la redécouverte du prestige de ces métiers. Un prestige que nous mettons à l’honneur, à La Baule (Loire-Atlantique), dans le cadre d’une campagne de communication menée à l’échelle de l’office de tourisme intercommunal, où nous redonnons leurs lettres de noblesse à ces métiers d’accueil et de service. Parallèlement, il faut s’ouvrir à la semaine de 4 jours comme à l’alternance, car aujourd’hui les jeunes négocient autant le temps de travail que la qualité du travail et la rémunération. Valoriser ces métiers de l’hospitalité et du tourisme, c’est indispensable. Et l’État a un rôle à jouer, car le tourisme reste la première industrie de notre pays. Nous sommes le pays le plus visité au monde, alors assumons notre vocation touristique. Montrons que nous sommes fiers d’être un pays d’accueil.


Photo

Publié par Anne EVEILLARD



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

73 - VAL CENIS

Centre de vacances - accueillant des enfants de 4 à 17 ans - situé à Val Cenis Bramans recherche un chef de partie h/f. Expérience vérifiable demandée - Connaissances en cuisine collective et traditionnelle. Contrat CDD pour saison estivale de la mi-mai à la fin du mois d'aout.

Posté le 14 avril 2024

Chef de partie H/F

75 - PARIS 16

Recherche Chef de Partie (H/F) en CDI. Poste en journée / Pas de coupure / Repos le Week-end. BaxterStorey France est un nouvel acteur de la restauration collective premium en fort développement avec pour ADN de ne travailler que des produits frais, de saison, mis en œuvre par des collaborate

Posté le 14 avril 2024

Chef de partie H/F

75 - PARIS 08

Recherche Chef de Partie (H/F) en CDI. Poste en journée / Pas de coupure / Repos le Week-end. BaxterStorey France est un nouvel acteur de la restauration collective premium en fort développement avec pour ADN de ne travailler que des produits frais, de saison, mis en œuvre par des collaborate

Posté le 14 avril 2024